Utilisation du biplace du CDVL du Gard

 

Le CDVL 30 possède un parapente Biplace NIVIUK  TAKOO 3 "Monarca" avec sellettes SUP’AIR, pilote "Walabi 2", passager "Minimax 2", parachute de secours "Start bi" et casque pour le passager.
Celui-ci est à la disposition des pilotes du département possédant la qualification biplace.

Il vous sera loué pour la somme de 15 € par jour.

A partir du jour ou vous l'empruntez jusqu'au jour ou vous le rendez, que vous l'ayez utilisé ou pas.

Un chèque de caution de 900 € libellé au nom du CDVL 30 vous sera demandé lors de la prise du matériel.

Si vous souhaitez l’emprunter, vous devez contacter le président du CDVL du Gard pour réservation :

Pierre ROUSSOTTE – 07.89.58.00.87 – 04.66.72.98.34 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous trouverez pour consultation la convention d’utilisation en cliquant ICI.

Toutefois, les pilotes désirant passer la qualification biplace pourront emprunter ce matériel gratuitement.

Ils seront prioritaires ; pensez à le réserver assez tôt pour être sûr de l’avoir pour votre stage.

Ci-dessous, le calendrier des réservations

Attention ! : Les utilisateurs du biplace pour les formations sont prioritaires !

Même en cas de réservation postérieur à une réservation déjà enregistrée pour une utilisation privé ou club.

Utilisation du biplace du CDVL du Gard

 

Le CDVL 30 possède un parapente Biplace NIVIUK TAKOO 3 "Monarca" avec sellettes SUP’AIR, pilote "Wallabi 2", passager "Minimax 2",  parachute de secours "Start bi" et casque pour le passager.
Celui-ci est à la disposition des pilotes du département possédant la qualification biplace.

Il vous sera loué pour la somme de 15 € par jour.

A partir du jour ou vous l'empruntez jusqu'au jour ou vous le rendez, que vous l'ayez utilisé ou pas.

Un chèque de caution de 900 € libellé au nom du CDVL 30 vous sera demandé lors de la prise du matériel.

Si vous souhaitez l’emprunter, vous devez contacter le président du CDVL du Gard pour réservation :

Pierre ROUSSOTTE – 07.89.58.00.87 – 04.66.72.98.34 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous trouverez pour consultation la convention d’utilisation en cliquant ICI.

Toutefois, les pilotes désirant passer la qualification biplace pourront emprunter ce matériel gratuitement.

Ils seront prioritaires ; pensez à le réserver assez tôt pour être sûr de l’avoir pour votre stage.

Ci-dessous, le calendrier des réservations

 

Attention ! : Les utilisateurs du biplace pour les formations sont prioritaires !

Même en cas de réservation postérieur à une réservation déjà enregistrée pour une utilisation privé ou club.

Historique du parapente


Aucune discipline aérienne n'a connu un tel développement !

Ils étaient trois en juin 1978, ils sont plusieurs dizaines de milliers aujourd'hui.

Certainement, Léonard de Vinci avait tout inventé ou imaginé, et certainement de nombreux parachutistes avaient réalisé un "vol en parachute" avant 1978.

Mais ce sont bien les parachutistes français de la Fédération Française de Parachutisme qui ont organisé les premiers stages, ont été les premiers instructeurs à former et encourager d'autres volontaires à voler en parapente, à convaincre une fédération (la FFP) de s'intéresser à cette activité nouvelle et trouver un assureur, à rédiger une règlementation et à créer un monitorat, à organiser les premières compétitions, à motiver les médias .... et qui en ont fait le sport que vous connaissez.

Après seulement, les deltistes (ceux qui font du deltaplane) se sont intéressé à cette nouvelle activité

Fin XIXe : L'armée française étudie l'utilisation de cerfs-volants dans des emplois tactiques (surveillance, bombardement et barrage anti-aérien...)

1901 : Samuel CODY (GB) : cerf-volant de guerre soutenant un observateur.

1917 : Hans SEEHASE, Berlin : pratique le cerf-volant humain,

1918 : Il supprime les structures en bois et développe un cerf-volant souple,

1925 : pratique le cerf-volant humain comme sport,

Janvier 1948 : Wanner : cerf-volant en Delta, type sans transversale à bords d'attaque haubannés par un beaupré.

23 novembre 1948 : Gertrude et Francis Rogallo : brevet du " Flexi Kite " : concept de voile entièrement souple, en losange.

Dans le brevet original, le bord d'attaque est en forme d'arche, le profil est donc plat, une queue est indispensable à l'équilibre longitudinal,

08 juillet 1950 : W.M. ALLISON " Flexible Kite " : 2 espars rigides, rectangle vertical, gonflé par la pression en forme d'arche ; " Sled ", premier semi-rigide,

Années 50 : Rogallo ; le bord d'attaque devient droit, le profil prend donc de la cambrure ; la géométrie évolue vers le delta,

17 novembre 1952 : Rogallo ; brevet PARAWING : parachute en forme de delta, finesse 2 environ,

1954 : En Grande Bretagne, WALTER NEUMARK : popularise le " Parascending " (parachute rond) et publie un article prédisant la possibilité d'utiliser les ascendances,

1962 : contrats RYAN : étude de parachutage de précision avec alignement automatique sur cible radio : essai des parachutes type Parawing,

1963 : North American : étude du PARAGLIDER pour la capsule Gemini : un immense delta dont le bord d'attaque est un boudin pneumatique.

1964 : programme Gemini : le retour à Terre utilise des rétrofusées + parachute conventionnel avec atterro dans l'eau (pour faire participer la Navy,).

Mise en sommeil des ailes Rogallo, abandonnées par la Nasa.

L'histoire du parapente commence en 1965 avec la mise au point de la Sailwing par Dave Barish.

Il nomme cette nouvelle discipline slope soaring (vol de pente).
Parallèlement à cette invention, Domina Jalbert crée un parachute à caissons qu'il considère comme le remplaçant du parachute parabolique : le parafoil. Ce concept évolue vers la chute libre mais lègue au parapente les concepts de double surface et de caissons.

Dave Barish et Dan Poynter effectuent entre 1966 et 1968 des démonstrations du vol de pente sur un tremplin de saut à ski, puis partent en tournée dans des stations de ski. Quelques alpinistes commencent à s'intéresser à cette pratique, y voyant un moyen rapide et efficace de redescendre après une ascension.

En 1971, Steve Snyder commercialise, aux États-Unis, la première voile à caissons sous le nom de Paraplane et c'est en 1972 que l'on trouve la première voile de ce type aux Championnats de France de Parachutisme. À la fin des années 1970 il n'y aura plus que ce type de voile à ces Championnats.

En Europe, le suisse Andréas Kuhn et l'allemand Dieter Strassilla durant la saison de ski 1976/1977 utilisent un parachute à caisson de type « aile » et le transforment en allongeant les élévateurs, pour réaliser des « remontées » sur ski, et des descentes en « vol de pente ». Ce ne sont que des « petit » vols, mais l'idée est lancée ! c'est le début en Europe du parapente, Andréas invente une speed barre qui avec un seul point d'accrochage, permet au pilote d'être toujours centré sous sa voile, cette invention sera reprise pour le kitesurf.

En 1978, les membres du paraclub d'Annemasse en Haute-Savoie décident d'utiliser leurs parachutes pour décoller d'une montagne, le choix se porte sur la montagne du Perthuiset sur la commune de Mieussy.
André Bohn parachutiste compétiteur suisse de haut niveau, organise le premier décollage, Jean-Claude Bétemps teste le décollage et se repose tout de suite dans la pente, André Bohn décide alors de décoller pour se poser dans le fond de la vallée sur le terrain de football de Mieussy, c'est le premier vol en vol de pente.
Jean-Claude Bétemps le suit et le lendemain et les jours suivants, Gérard Bosson ainsi que plusieurs membres du Para-Club d'Annemasse, Michel Didriche, Gérard Cantin, Marc Baruch, Daniel Marschal et quelques autres, à leur tour effectuent le vol historique.

Le parapente est né, le Para-Club d'Annemasse devient le Fondateur du « Parapente ».

Le 5 mai 1979, Gérard Bosson de Viuz en Sallaz, Georges Perret d'Annecy et Michel Didriche de Mieussy, créent le premier club au monde de parapente : « Les Choucas » (ce Club est toujours en activité sur la Commune de Mieussy).

Ils entraînent rapidement d'autres parachutistes avec eux pour pratiquer le « vol de pente », les premiers stages de formation sont organisés à Mieussy. Ils sont encadré par Michel Sarthe, Michel Didriche, Gérard Bosson et Jean-Claude Bétemps.

Ces stages sont ouverts aux parachutistes confirmés ayant la qualification « aile » FFP.
Un peu plus tard l'accès à la formation sera autorisé pour des « non pratiquants ».
Marc Buffet et Jean-François Baudet de Mieussy, seront les deux premiers « piétons » formés à cette nouvelle discipline.

L'aide apportée par la Fédération Française de Parachutisme a permis de développer durant les premières années cette activité, en organisant et réglementant la pratique. La Fédération française de vol libre prend le relais en devenant la fédération délégataire, elle structure le mouvement parapentiste au sein du vol libre et permet un développement national et un accès à la pratique, grâce à ses nombreuses écoles de deltaplane converties au parapente.
Depuis 1978, le Parapente s'est développé dans le monde entier, des championnats nationaux et mondiaux", des coupes du monde réunissent les meilleurs pilotes et prouvent le dynamisme de cette discipline exigeante mais passionnante.

En 1985, Laurent de Kalbermatten invente « la Randonneuse », première voile conçue spécifiquement pour le parapente.
Elle est plus performante et plus facile à gonfler que les parachutes utilisés jusqu'alors. Jean-Claude Bétemps en a dit que ce n'était qu'une copie d'un parachute à neuf caissons, mais le simple fait de changer le tissu pour qu'il soit non poreux et la matière des suspentes pour supprimer l'élasticité permit déjà de gagner un point de finesse.

Le parapente ne cessera alors d'évoluer, tant au niveau du matériel qu'au niveau de la pratique : tout d'abord utilisé surtout par les alpinistes, le parapente devient un sport aérien à part entière.

Le principal attrait du « vol de pente » pour les parachutistes de l'époque résidait dans le fait que cette pratique leur permettait de s'entraîner à la précision d'atterrissage, sans avoir à utiliser l'avion, plus cher et moins pratique.

Les premiers Championnats du monde de parapente ont lieu du 6 au 12 juillet 1987 à Verbier en Suisse.

 

Les clubs et écoles de Delta et  de Parapente du Gard

 

Les clubs Parapente et Delta FFVL du Gard

 

Alès en l'Air - 14 226

Club de Parapente, Delta.

Adresse : Patrick VAUGEOIS, 1400 chemin de St Hilaire à Larnac - 30560 St HILAIRE DE BRETHMAS.

Téléphone : 06 07 71 24 13

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web : http://www.alesenlair.fr

 

Heureux Gard Ailé - 14 214

Club de Parapente, Delta.

Adresse : Fabrice DORTEL - C/O Hervé PERROT, 377 chemin de Pissevin - 30230 BOUILLARGUES.

Téléphone : 06 19 17 68 37

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web :

 

Têtes en l'Air Vaunageoles - 14 487

Club de Parapente.

Adresse : Bernard Lubrez, Route de Maruéjols, 30870 Saint-Côme-et-Maruéjols

Téléphone : 04 66 81 37 61

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web :

 

Coc'Air - 14 029

Club de Parapente.

Adresse : Yanik BOURGEOIS, 470 chemin de Carsalade - 30900 NÎMES

Téléphone : 06 85 38 39 96

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web : http://cocair.com

 

Écoles Parapente FFVL du Gard

 

Parapente Sud - 14 226

Ecole de Parapente et paramoteur.

Adresse : Laurent GEOFFRAY, le village - 30580 SEYNES

Téléphone : 06.12.17.20.16

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web : www.parapentesud.com

 

Écoles Delta FFVL du Gard

 

Pas d'école de Delta pour l'instant dans le Gard.

 

 

 

Le parapente

 

Le parapente est un aéronef dérivé du parachute, permettant la pratique du vol libre ou du paramoteur.

De nos jours, son utilisation, qui constitue un loisir et un sport, est indépendante du parachutisme et se rapproche plus d'autres pratiques de sports aériens comme le vol à voile ou le deltaplane.

Le mini parapente ou mini voile étend encore les possibilités de pratiques.

Un parapente est composé d'une aile (parfois également appelée voile), à laquelle est suspendue la sellette par des suspentes.

Le pilote dispose de deux commandes pour manœuvrer ainsi que d'un dispositif d'accélération utilisable aux pieds (accélérateur) ou à la main (trim), et souvent d'un parachute de secours intégré soit à la sellette, soit en poche ventrale.

L'aile est fabriquée à partir d'un tissu résistant et léger.
Elle est composée de « caissons » dans lesquels l'air s'engouffre afin de lui donner sa forme.
L'aile est profilée comme une aile d'avion, ce qui génère la portance du parapente.
Cette force, qui s'oppose à la gravité, permet au parapentiste de ralentir sa chute (verticale) à environ 1 mètre par seconde alors que dans le même temps le parapente s'est déplacé horizontalement de 8 mètres pour un parapente d'initiation, à plus de 12 mètres pour les engins de compétition (soit une finesse de 8 à plus de 12).

L'avant de l'aile est appelé le bord d'attaque et l'arrière le bord de fuite.
Le bord d'attaque est le côté par lequel l'air entre dans les alvéoles de l'aile.

On dit « caisson » entre deux points d'attache de suspentes et « alvéole » entre deux cloisons internes.

La partie supérieure est appelée l'extrados et la partie inférieure l'intrados.

Plusieurs constructeurs (Ozone, Adrenaline, Niviuk) ont déjà sorti ou sont en train de sortir des voiles montagnes mono-surface, c'est-à-dire des ailes ne comprenant qu'un plan porteur, avec un extrados (face sup) et un intrados (face inf).

L'aile est reliée à la sellette par les suspentes et les élévateurs. On parle alors d'un « cône de suspentage ».
Les suspentes sont de fines ficelles dont le cœur était généralement constitué de kevlar (remplacé de nos jours par des matériaux tel que le dyneema qui sont des polyéthylènes moins fragiles) et qui sont attachées à de nombreux points de l'aile.

Les suspentes ont deux fonctions :

  • en raison des différentes longueurs de chacune d'elles, elles impriment un calage au profil de l'aile ce qui lui confère ses caractéristiques de vol ;
  • les suspentes sont reliées par des maillons rapides à des élévateurs qui, eux-mêmes, sont reliés à la sellette par des mousquetons de sécurité. Une suspente peut supporter un poids d'environ 80 à 200 kg avant de se rompre.
    La multiplicité des suspentes permet en théorie de supporter plusieurs milliers de kilogrammes. Les suspentes sont néanmoins fragiles, car les matériaux comme le kevlar supportent très mal les pincements, et il n'est pas rare que, au décollage, un accrochage dans une racine ou un caillou saillant entraîne la rupture de l'une d'entre elles.

Sur les ailes modernes, certaines suspentes sont colorées selon leurs emplacements sur l'aile, pour faciliter les manœuvres.
Les freins (ou commandes) sont maintenant systématiquement mis à part, ainsi que les « A » (pour « avant », premières séries de suspentes en partant du bord d'attaque de l'aile), et ce même sur les voiles « école ».

Le diamètre des suspentes et leur nombre ont une incidence directe sur la traînée et les performances d'un parapente.
Plusieurs concepteurs travaillent à diminuer leur nombre et réduire leur diamètre. Certains modèles sont commercialisés avec trois, voire seulement deux, rangées d'élévateurs au lieu de quatre, permettant l'économie de plusieurs dizaines de mètres de suspente.

En compétition, les suspentes non-gainées sont utilisées depuis plusieurs années. Elles ont l'avantage d'être plus fines et d'opposer moins de résistance à l'air, mais elles sont plus fragiles du fait de l'absence de gaine protectrice.